Et si l'on parlait du château de Carlat (Cantal) ?

Publié le 18 Mars 2010

UN PEU D'HISTOIRE

Château de Carlat (Cantal)
L'histoire du château de Carlat se confond avec celle du Carladès et l'unité de ce pays très morcellé - en partie en Auvergne et en Rouergue mais aussi le long de La Cère - s'est faite autour de cette imposante forteresse.

839 / 1ère mention véritable du château fort de Carlat : Louis le Pieux vint se buter contre lui dans sa lutte contre Pépin II qui s'était proclamé roi indépendant d'Aquitaine. Hincmar insiste, dans sa description, sur le relief qui assurait à la place une défense naturelle.
918 / Début de la lignée des vicomtes de Carlat jusqu'en 1112 date à laquelle Douce de Carlat épousa Raymond Béranger III, comte de Barcelone. Ce dernier fonda une commanderie de l'ordre du Temple entre les murs du château.
1167 / Alphonse II d'Aragon cèda la vicomté à Hugues II comte de Rodez en remerciement de son aide dans la lutte contre les comtes de Toulouse.
1290 / Mariage d'Isabelle de Carlat-Rodez avec Geoffroy de Pons. Isabelle y fonda le couvent de Sainte-Claire de Carlat en 1323 (il sera ensuite transféré à Boisset au XVè siècle puis à Aurillac en 1626).

Château de Carlat (Cantal)

Les bandes anglaises s'emparèrent de Carlat qu'ils occupent de 1369 à 1391 après paiement d'une forte rançon.

1390-1392 / Renaud VI de Pons cèda Carlat à Jean de France, duc de Berry qui en disposa en faveur sa fille, Bonne de Berry vers 1400-1410. Cette dernière épousa Bernard VII, comte d'Armagnac et de Rodez en 1343.
La puissante famille d'Armagnac réside à Carlat durant presqu'un siècle.

1462 / Jacques d'Armagnac, duc de Nemours, épousa Louise d'Anjou, cousine germaine de Louis XI. Le duc de Nemours, favorable aux Anglais, vit Carlat assiégé deux fois par les troupes royales avec à leur tête Jean Blosset en 1469 puis en 1476. Après de nombreuses intrigues, il fut emprisonné et condamné à avoir la tête tranchée le 4 août 1477.

1489 / La forteresse et la vicomté revinrent à Jean Blosset qui s'en démit en faveur de Pierre de Bourbon. Sa fille, Suzanne de Bourbon avait épousé Charles de Bourbon-Montpensier en 1505. Elle meurt en 1521 ce qui déclencha de graves problèmes de succession. Ce fut alors Louise de Savoie qui obtint les vicomtés de Carlat et de Murat en tant qu'arrière-petite-fille de Bonne de Berry. Carlat n'existe donc plus politiquement et passera de main en main jusqu'en 1532.

 Lettres patentes de janvier 1532 / réunion des vicomté de Carlat et de Murat à la couronne par François 1er. Désormais les vicomtés servirent de douaire aux reines de France, notamment à Marguerite de Valois.

De 1568 à 1583 / Carlat tombe successivement aux mains des protestants et des catholiques. Marguerite de Valois se réfugia à Carlat en 1585 pendant 18 mois.

Enfin, le roi jugeant dangereux de conserver une telle place-forte dans le royaume  -  inutile à la défense du pays et éternel refuge de la rebellion - ordonna le rasement lequel débuta le 22 octobre 1603 et s'acheva en mai 1604.

Château de Carlat (Cantal)
1643 / La vicomté de Carlat fut cédé à Honoré Grimaldi, prince de Monaco, fidèle allié de Louis XIII. La vicomté fut alors érigé en comté et ne servit plus que de terre de rapport. Le Rocher conserva le comté jusau'à la Révolution de 1789.

Rédigé par Uline

Publié dans #Châteaux et patrimoine disparus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article