L'ombre du château de Carlat (Cantal)

Publié le 24 Mars 2010

Le plateau basaltique où était édifié le château de Carlat provient de l'action conjointe des rivières Goul et Embène qui ont, aux temps géologiques, creusé de profondes failles et mis à nu la ceinture de plateaux basaltiques qui s'étend depuis Carlat jusqu'à Labrousse, le plateau de Ronesque en faisant également partie. Ces reliefs particuliers ont servi d'appui aux gros bourgs de Cros, Labrousse, Raulhac...

Château de Carlat (Cantal)Photo aérienne - Mairie de Carlat

La table basaltique domine, au nord, le village de Carlat.
Il est long de 344 m et large de 60 à 80 m et d'une hauteur de 40 m.

Aucun dessin, aucune document figuré ancien pourrait nous dire exactement comment se présentait l'une des plus fortes places d'Aquitaine.  Quelques témoignages cependant existent, entre autres un témoignage écrit lors de la destruction méthodique de la forteresse, par le sieur Deprat (1603-1604) et une représentation du XVIIè siècle.
Château de Carlat (Cantal) La place-forte était accessible par un chemin en lacets qui aboutissait à la "Faulce Braye ", mur de circonvallation de 4 m de largeur environ et de 400 m de longueur entourant le rocher au sud et hérissé de tours " Tour Noyre ", "Tour Gailhar " ... par exemple à l'Est et au Sud-Ouest qui daterait du XVè siècle.
Au centre du versant Sud,  sur un contrefort naturel, se tenait le " Murgat " flanqué de six ou huit tours et par lequel on pénétrait dans la première enceinte. Après avoir franchi les herses, on accédait par un chemin à la porte de la place qui était à elle seule un petit fort avec " tours gariettes et deffences " relié à un rempart qui ceinturait le rocher
Dans l'enceinte, sur le plateau, à l'Est, le "grand fort " ou château primitif composé d'un donjon carré relié par un long bâtiment à un corps de logis occupant la pointe orientale du rocher.
A l'ouest de la porte d'entrée de la place devait se trouver le corps de logis appelé " Bridoré ", résidence des vicomtes, de construction postérieure au château vieux qui était recouvert de lames de plomb, comportant une galerie reliant deux ailes et qui abritait une riche bilbiothèque.
Vers 1585-1586, la reine Marguerite de Valois fit faire des réparations à plusieurs chambres ainsi qu'à une chapelle.
Au-delà du palais, isolée, la " tour Saint Jean " qui dépendait du commandeur de Saint-Jean-de Jérusalem; une " tour Margot " non située.
Au centre du plateau, probablement le couvent des religieuses de Sainte-Claire, l'église de Notre-Dame du Puits qui abritait un petit puits taillé à même la roc, un autre grand puits ou citerne face au tilleul qui se dresse toujours sur le plateau, les écuries et dépendances, un lac est également mentionné "vis-à-vis le grand puis " au-devant des écuries.

A l'aide de ces différents documents mais aussi d'une très bonne connaissance de l'architecture médiévale castrale, nous avons tenté une reconstitution virtuelle de la forteresse de Carlat...

Rédigé par Uline

Publié dans #Châteaux et patrimoine disparus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> <br /> A-t-on des détails sur le séjour de Marguerite de Valois à Carlat ?<br /> <br /> <br /> J'ai été amusé en me rendant sur place des légendes qui lui attribuaient des aventures avec des gentilshommes des environs...  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
U
<br /> <br /> Marguerite de Valois n'est restée qu'un an à Carlat : ça fait peu pour séduire tous les gentilhommes des environs et d'en avoir un enfant comme il se le dit aussi ! On ne prête qu'aux riches !<br /> Maintenant il serait intéressant de savoir pourquoi ce personnage donne naissance à tant de légendes le plus souvent "amoureuses", y a t'il une biographie sérieuse de Marguerite de Valois ? Je<br /> l'ignore, tiens, il faudrait que je me renseigne ! Bonne Pâques !<br /> <br /> <br /> <br />